Comment traiter les investissements privés immobiliers du dirigeant supportés par sa société ?

Dans les PME, il n'est pas rare que le dirigeant fasse passer des frais privés comme des investissements de sa société, par exemple quand la société est locataire de l'immeuble appartenant à ce dirigeant et lui servant aussi d'habitation propre.

Techniquement, la société a supporté tout l'investissement et pratiqué un amortissement sur celui-ci, alors que celui-ci concernait aussi la partie privée, laquelle aurait dû être supportée par le dirigeant lui-même.

Arrive un contrôle fiscal, bien après la date de l'investissement. Les fonctionnaires de l'administration décident alors d'imposer l'amortissement annuel portant sur la partie privée au titre d'avantage de toute nature.

Est-ce bien légal ?

Non a dit la Cour d'Appel d'Anvers dans un arrêt du 08.11.2016.

L'avantage est évident et ne sera contesté par personne, mais ce qui a suscité le litige, c'est la question de savoir quand cet avantage était taxable.

Il est clair, pour la Cour comme pour la plupart des fiscalistes, que cet avantage a été octroyé au moment où la société a pris en charge la partie privée des travaux (art. 204, 3°, b ARcir/92).

Considérer que l'avantage serait imposable au fur et à mesure des amortissements n'est conforme ni à la législation fiscale ni à la législation comptable.

En effet, par le biais du droit d'accession, le dirigeant est devenu propriétaire de l'investissement sur la partie privée dès le départ.

Cet argument peut-il se révéler comme une arme efficace contre l'administration fiscale qui se rendrait compte trop tard de la prise en charge de la partie priée par la société pour pouvoir l'imposer dans le chef du dirigeant ?

Oui, sauf dans la mesure où le contrat de bail prévoit que la société peut effectuer des travaux dans l'immeuble et en reste propriétaire jusqu'à l'issue du contrat de bail.

Dans ce cas, l'avantage ne prendra naissance qu'à la fin du contrat de bail, même si les travaux ont été effectués à la partie privée.

Ceci vous intérèsse aussi ? Continuez votre lecture

28 mars 2018

Réforme de l’impôt des sociétés et payement de charges de manière anticipative

Autre nouveauté introduite par la loi de réforme de l'impôt des sociétés du 25.12.2017 : les charges payées anticipativement ne seront plus déductibles en une fois.

arrow_forward_ios En savoir plus

Charles Herman & Laurent Van Buggenhout

28 févr. 2018

Réforme de l’impôt des sociétés : nouveaux taux

On a beaucoup parlé partout de la réduction du taux de l'impôt des sociétés, pour toutes les sociétés, mais pas dans la même mesure et pas avec le même timing…

arrow_forward_ios En savoir plus

Charles Herman & Laurent Van Buggenhout

28 nov. 2017

Un seul gérant et deux voitures ; quel traitement fiscal ?

Prenons le cas suivant, pas si rare dans la pratique : un titulaire de profession libérale a organisé son activité professionnelle en société.

arrow_forward_ios En savoir plus

Charles Herman & Laurent Van Buggenhout